Comprendre et chiffrer le demi tour

Publié le par Pierre102 (102 comme double 51)

Assistons en direct au demi-tour des chiffres de l'immobilier en France.

Nous sommes à la fin du demi-tour, en sortie de virage, si vous voulez on est au début de la baisse, qui a commencé en août 2005.

 

Pour bien assister au retournement de l'immobilier, il faut analyser les chiffres, c'est à dire les prix de vente qui se réalisent « pour de vrai». Plusieurs chiffrent s'offrent à nous.

 

 



 


 

1) Les chiffres des notaires






Les seuls chiffres qui soient valables et indiscutables, ce sont les chiffres des notaires. Ils représentent la réalité du marché : nombre de ventes dans le mois, prix de vente au mètre carré pour chaque arrondissement et département.

Le seul problème, c'est que les notaires c'est comme les fonctionnaires, ils ne travaillent pas vite!! Ils pondent leurs chiffrent tous les 4 mois. De plus sachant qu'il y a 3 mois entre la signature du compromis et la vente réelle, on perd encore 3 mois (4+3 = 7 mois).

Donc la réalité du marché est de sept mois en retard, et nous on s'en fiche des prix d'il y a sept mois, ceux qu'on veut c'est ceux du mois passé, voir de la semaine dernière.

Les derniers chiffres des notaires ont été publiés le 17/01/2006, ils concernaient les ventes du 01/10/2004 jusqu'au 30/09/2006, soit  pour les compromis signés jusqu'au 10/ 07/2005 grand maximum.

Voici le rapport du 17/01/06

Ceux d'avril: Ces chiffres correspondent au 4ème trimestre 2005, c'est à dire les compromis signés jusqu'en septembre 2006.




2) les chiffres de la FNAIM.

Ils sont bidons. Pourquoi? Parce qu'ils ne concernent que les meilleures ventes de leurs meilleures agences, et en plus ils noient leurs chiffres du mois dans des moyennes sur les deux années passées. Bidon de chez bidon. Avec la FNAIM on verra la bulle immobilière éclater avec deux ans de retard. (C'est un peu comme ci vous regardiez Roland Garos 2004) (Vive Amélie, je la sens bien pour cette année)

Etudes sur les chiffres de la FNAIM




3) Les chiffres de la bourse française, européenne et américaine.

Ils rassemblent le prix des actions de sociétés immobilières. Inutile de vous dire que c'est là qu'il faut mirer au jour le jour le krach de l'immobilier.

Cac 40 immobilier : ICI

Indice du coût de la construction : Encore ici

uImmobilier européen :

Courbe des taux à suivre : HUM HUM !!!

Courbe des actions immobilières américaines : Là-bas (comment dit-on "Avez vous un parachute" en anglais?)





4) Mais le plus beau des chiffres est celui du nombre d'annonces publiées dans De particulier à particulier, dit le pavé (Idéal pour allumer la cheminée cet hiver).

Il faut aussi voir l'évolution du nombre d'annonces sur : seloger.com.

Pour finir voici un site Internet sur la réalité des chiffres: Immostats

Bon allez je vais aller voir où en sont mes ventes à découvert sur Foncia Groupe.

A bientôt et merci pour vos commentaires.

Pierre102 comme double 51

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Murps 31/08/2006 21:27

Bonjour.Comment tu t'appelles ? C'est quoi ton p'tit nom ?Sans rire ton blog me plait bien. Je dirais même qu'il me botte à fond.Mais alors faut pas blogger tout seule sur un sujet d'actualité aussi grave !Viens sur http://www.bulle-immobiliere.orgLà tu trouveras des tas de gens qui pensent comme toi.A moins que tu sois déjà membre...;-)

Alfonce13 24/06/2006 13:53

Parceque on a :
1) trop construit, donc trop d 'offres de logement.
2)Encore des grèves de poubelles, coûts de fonctionnenment (Mairie) trop élevés. "La ville vie au dessus de ses moyens."
3) Le mistral, certains et nombreux potentiels habitants ne le supportent pas
4)Les bulles reviennent toujours de là où elles sont partis, car "un mauvais de la classe ne peut progresser que de très peu"
Avez vous vu les offres d'appartements en locations?

Veiga 23/06/2006 19:03

Bonjour,
qu'il y est une éventuelle baisse des prix, je n'ai pas suffisemment de compétence en économie  pour le savoir. Mais ce que je ne comprends pas dans vos remarques c'est le pourquoi de l'acharnement de Marseille.
C'est une ville superbe, bien placé avec le 3ème bassin d'emploie de France, avec un urbanisme en pleine mutation et un aéroport loxwcost qui devrait faire de marseille la ville la mieux déservie de France pour se type de transport.
Alors ma question est simple:
Pourquoi Marseille devrait retomber à son triste classement de 1995 avec tous ces atouts, c'est une vrai question et pas de langue de boi avec les habituel: oui mais c'est une ville délabrée, salle...non non je veux de vrai critère sinon je dirais juste que Marseille mérite son augmentation et qu'au pire elle suivra la tendance Nationale tout en restant avec des prix élevés.

adnstep 20/06/2006 19:55

"Le prix moyen mensuel du m² ancien vendu à Paris progresse « doucement mais sûrement », selon le dernier baromètre SeLoger. Il semble se stabiliser désormais à 6 636,13 €/m² en avril, contre 6 581,94 €/m² en mars (+ 0,8 %). Sur les douze derniers mois, les prix ont augmenté de 7,3 % en moyenne. L’étude estime que la demande se concentre sur les quartiers les plus prestigieux comme le 6ème qui gagne plus de 170 €/m² en un mois, ou le 7ème qui progresse de 100 €/m². Dans les grandes villes de province, les prix des ventes immobilières sont restés stables : Lyon à 2 790,75 €/m², Marseille à 3 155,64 €/m², Bordeaux à 2 832,56 €/m², Toulouse à 3 172,74 €/m², Montpellier à 2 743,76 €/m² et Nice à 3 987,24 €/m²."Traduit en Français, cela veut dire que les seuls biens qui se vendent encore sont ceux de qualité (qualité qui se paie au prix fort, ce qui explique que le prix moyen de vente augmente). Donc le reste ne se vend pas. Les vendeurs vont finir par craquer et baisser les prix. Le retournement du marché est enclenché. Tout le monde en sera convaincu début 2007.

Maxime 01/06/2006 07:38

The carrots are cooked
I repeat
The carrots are cooked